[Ciné] La planète des singes, les origines

 

Qu'est-ce qu'il y'a dans ton frigo, doudou dis donc ?

© Twentieth Century Fox France

 

Réalisé par : Rupert Wyatt

Casting : James Franco, Freida Pinto, John Lithgow, Andy Serkis

Résumé : Dans un laboratoire, des scientifiques expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d’Alzheimer. Mais leurs essais ont des effets secondaires inattendus : ils découvrent que la substance utilisée permet d’augmenter radicalement l’activité cérébrale de leurs sujets. César, est alors le premier jeune chimpanzé faisant preuve d’une intelligence remarquable. Mais trahi par les humains qui l’entourent et en qui il avait confiance, il va mener le soulèvement de toute son espèce contre l’Homme dans un combat spectaculaire. (source : allociné)

L’avis de MangoCitrus :

Reprenant la thématique du film de 1968 (43 ans déjà !) devenu depuis un objet culte, ce nouveau volet (ou préquel) se propose de nous expliquer le pourquoi du comment de ces chimpanzés qui ont subitement pris le pouvoir sur l’homme.

Soit dont l’époque actuelle, sur Terre, un jeune scientifique (James Franco, plutôt effacé) qui joue à l’apprenti sorcier en inoculant à des singes de laboratoire un produit censé guérir de la maladie d’Alzheimer en augmentant en prime leur intelligence. Alors qu’on s’attend à ce que tout parte en cacahuète assez rapidement, surprise, le film prend le contrepied du spectaculaire et se concentre alors, de manière efficace et attachante, sur la vie d’un des chimpanzés, hébergé dans la famille du scientifique.

Haine et révolte vont progressivement prendre le pas sur la joie et l’amour lorsque ledit singe va se rendre compte que les humains ne sont en fait pas vraiment super sympas avec ses congénères. C’est globalement gentil tout plein, plutôt bien réalisé, avec des effets spéciaux assez impressionnants (Andy Serkis, le gollum et le king-kong de Peter Jackson et qui joue ici César, le chimpanzé rebelle, vole la vedette au couple humain, très en retrait).

L’histoire est des plus classiques et alterne plaisamment intimité et grand spectacle. Avouons-le, on ne s’ennuie pas et on se laisse facilement porter par la machinerie hollywoodienne estivale. Après, pour ce qui est de la réflexion sur la folie de la science, la captivité, l’intégration, le libre arbitre ou le droit à l’expression, on repassera : le film ne proposant à cet égard qu’un minimum de dialogues plutôt creux.

L’avis de MonsieurThomas :

Très bon film, qui permet de poser les bases d’une nouvelle trilogie sur le thème de la planète des singes. Chronologiquement parlant, nous sommes avant la prise de pouvoir des chimpanzés, donc avant les films originaux et le remake de Tim Burton. La « planète » des singes, c’est donc notre bonne vieille terre (ce que l’on savait déjà dans le film de 1968), et le point de départ de tout le bordel se situe à San Francisco (ça par contre je pense que c’est nouveau).

Comme souvent, tout commence avec des scientifiques jouant les apprentis sorciers pour la bonne cause… Et leur création va rapidement les dépasser. Le rythme est néanmoins posé, l’histoire insistant sur les liens qui se créent entre César et sa famille d’adoption, avant de finir sur de grosses scènes d’action lors de sa dernière demi-heure.

Le tout se suit avec plaisir, les expression faciales des singes sont très bien rendues (on est loin des masques en latex de 1968 !) et l’histoire, bien que classique, reste agréable sans temps mort. On pourra regretter cependant le manque de profondeur de l’ensemble, un second rôle féminin potiche au possible, et des ellipses carabinées dans la première moitié de film (« 3 ans plus tard », « 5 ans plus tard », et le James Franco ne prend pas une ride…).

Bref premier essai fort concluant sans être pour autant extraordinaire. Attendons la suite ! (car vraisemblablement il y en aura une ou plusieurs…)

L’avis de TheRuleMaker :

La planète des singes est un film de bonne qualité, mais qui met mal à l’aise. C’est bon signe, l’ambiance était bien rendue. Et je le dis tout de suite, la note est de 7.5 / 10. Bien vu pour le scénariste, les singes. Commençons donc par louer une belle histoire, plausible et profonde. Les singes sont excessivement bien conçus et le film pose de bonnes questions.
Le film part bien. Jamais cliché ou facile,  avec le père atteint d’Alzeihmer sans être un légume, le médecin charmant qui a un singe savant mais encore un peu réaliste, l’histoire d’un labo avec un PDG qui n’est pas un méchant tout plein. Bien bien bien. On voit bien la bestiole heureuse, pas de mièvrerie. Jusqu’à la scène finale, prenant, de l’action, des singes combatifs, bien menés, pas de truc énorme ou pas plausible. Le 8/10 assuré. J’aurais passé sur la mort de certains personnages, expédiée comme un menu giant, en deux minutes. Et le médecin, qui laisse partir un singe qui a tué des dizaines de gens, comme çà, la larmette à l’oeil… Là, je dis non, 7.5 / 10, pas plus…
Bon film, à voir, mais pas un chef d’oeuvre

 

Top :

  • les singes, attachants et impressionnants de réalisme
  • le rythme du film, maîtrisé

Flop :

  • Freida Pinto, inutile
  • l’histoire trop gentillette

 

Notes :

MangoCitrus : 6 / 10

MonsieurThomas : 8 / 10

TheRuleMaker : 7.5 / 10

Moyenne VoxPopuleek : 7.2 / 10 (bon en vrai 7.1666666 donc j’ai arrondi, hein)

 

Rendez-vous sur Hellocoton !
Vous pouvez laisser un commentaire, ou un rétrolien depuis votre site.

Une réponse to “[Ciné] La planète des singes, les origines”

  1. Vanilla dit :

    vu aussi et j’ai bien aimé

Laisser un commentaire

Powered by sweet Captcha

Powered by WordPress | Designed by: Free WordPress Themes | Thanks to WordPress news theme, WordPress magazine theme and Premium WordPress Themes